Jamais le bien-être n’a été aussi important pour le travailleur belge

Une étude réalisée à la demande de B-Tonic révèle que la pandémie a considérablement accru l’attention que les travailleurs et les entreprises portent au bien-être au travail. Herman Konings a consigné les résultats remarquables et les tendances importantes qui en découlent dans le rapport Tendances 2022 ‘Bien-être & Connectivité’. Un rapport que tout professionnel se doit de lire.

Quelques chiffres interpellants (enquête IPSOS auprès de 1000 PARTICIPANTS en Belgique)

La pandémie a accru l’attention que nous portons au bien-être au travail :

  • 22,2 % bougent davantage
  • 19,6 % mangent plus sainement
  • 21,4 % prêtent plus attention à leur santé mentale

Mais il y a aussi un revers :

  • 16,2 % dorment moins bien
  • 40 % se forcent souvent, voire toujours à faire ‘bonne figure’ au travail
  • 1 sur 3 ressent généralement des troubles liés au travail le dimanche soir

Le COVID-19 a eu un impact sans précédent sur l’esprit humain et sur la société. Alors que les confinements paralysaient la vie sociale, la vie professionnelle a connu une accélération numérique. La pandémie a fait passer la société et l’économie à la vitesse numérique supérieure. Le télétravail est devenu la norme et Teams a remplacé les discussions autour de la machine à café.

Maintenant que la poussière soulevée par ces changements est en bonne partie retombée, il est temps de se tourner vers l’avenir. Quel impact social durable la crise du coronavirus aura-t-elle sur la façon dont nous appréhendons et dont nous gérons le travail ? La relation entre le travailleur et l’employeur a-t-elle changé ? Et surtout : quelle conception avons-nous à titre personnel d’une journée de travail optimale ?

Rapport Tendance

Dans notre rapport Tendances 2022, nous définissons quatre ‘mégatendances’, à savoir des processus de civilisation qui indiquent dans quel monde nous vivons. Lors de crises telles que des guerres ou des pandémies, ces processus de civilisation subissent comme une formidable injection de stéroïdes. L’expérience irréelle d’une société confinée laisse des traces profondes, mais offre également des opportunités d’ouvrir notre esprit à de nouvelles perspectives et attitudes et à de nouveaux comportements et défis.

La santé

La santé figure parmi les priorités de notre société touchée par la pire pandémie d’après-guerre. Le COVID-19 atteint dès lors de façon tout à fait inédite ce processus de civilisation, mais permet aussi de l’accélérer dans la bonne direction. Pas moins de 22,2 % des personnes interrogées affirment bouger davantage aujourd’hui qu’avant les confinements.

La durabilité dans le temps ou la persévérance

Le processus de civilisation de durabilité dans le temps ou de persévérance s’étend à tous les domaines de notre vie quotidienne. Qu’il s’agisse de décisions d’achat personnelles, de prise de conscience de la responsabilité sociale et morale ou d’une stratégie d’entreprise, il devient de plus en plus l’un des moteurs les plus puissants de notre époque, notamment par les innovations technologiques. Ainsi, 35,4 % des travailleurs ressentent une hausse de leur satisfaction au travail grâce au télétravail.

L’identité fluide

L’identité fluide apparaît lorsque l’innovation passe devant la tradition. L’identité perd son destin. Le groupe cible perd son caractère reconnaissable. La tendance à changer les rôles traditionnels et à rompre les stéréotypes de genre, d’origine, d’âge ou d’idéologie entraîne des changements radicaux tant sur le marché que dans la société. Aujourd’hui, les jeunes abandonnent l’ancien schéma “nous-vous”, convoitent un répertoire d’identités et créent une nouvelle culture du pluralisme. 

La création de liens

La crise a ravivé le sentiment d’appartenance mondiale. Pendant les confinements, nous étions tous dans le même bateau, nous partagions les mêmes angoisses, incertitudes et doutes. Les technologies de communication numériques et les réseaux virtuels changent fondamentalement nos vies et donnent naissance à de nouveaux modes de vie et comportements. 45 % des travailleurs souhaitent que l’on prête davantage attention à la santé mentale comme à la santé physique au travail.

L’entreprise de demain

La pandémie a attiré l’attention du public sur les questions de santé mentale, la santé et le bien-être devenant des priorités sur le lieu de travail. Toutefois, il est recommandé aux entreprises désireuses d’introduire de nouvelles initiatives et des avantages liés au bien-être de tenir compte des nouveaux défis auxquels les lieux de travail sont confrontés aujourd’hui. Les entreprises doivent bien réfléchir et se faire conseiller sur la façon d’intégrer des outils de bien-être dans leurs activités quotidiennes afin de répondre aux différents besoins des travailleurs. Des horaires flexibles (y compris le week-end) et un travail à distance de longue durée en sont deux exemples, mais le choix et l’aménagement des bureaux seront eux aussi cruciaux, maintenant que les travailleurs vont surtout utiliser leur lieu de travail pour se retrouver entre eux.

L’enquête

L’enquête a été réalisée à la demande de B-Tonic par la filiale belge du bureau d’études de marché IPSOS entre le 5 et le 8 novembre 2021. Au total, une dizaine de questions portant sur le santé et le bien-être au travail ont été posées à un échantillon représentatif de 1.087 Belges. Au final, 725 répondants ont été considérés comme pertinents et donc utiles pour l’étude.

Voulez-vous faire partie de la communauté ?
Laissez vos coordonnées et nous vous contacterons bientôt.